Actualité de CaRMetal et DGPad

Bienvenue sur cette page d'accueil du site, organisée en blog des nouveautés de CaRMetal et DGPad.
En pratique, ce blog fait aussi office d'espace de ressources car il est indexé par le composant de recherche du site.
Les utilisateurs sont invités à y présenter leurs productions.


N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur le forum.
Bonne visite.

Les vecteurs sont maintenant implémentés dans la version en ligne (de façon incomplète mais cohérente).

  • Les coordonnéees sont reconnues en 2D comme en 3D.

  • L'addition et le produit par un réel sont implémentés.

  • L'expression de géométrie affine A+V (où A est un point et V un vecteur) crée le point attendu.

  • Les vecteurs peuvent être utilisés dans une macro.

Certaines procédures avec Filepicker étaient mises en défaut sur certaines plate-formes.
L'ensemble a été revu et en particulier l'enregistrement en local n'est plus délégué à Filepicker.

  • L'import ne change pas et est toujours délégué à Filepicker.

  • L'enregistrement dans le nuage se fait toujours par Filepicker, mais la procédure d'envoi par mail a été supprimée.

  • L'enregistrement en local se fait dans la fenêtre d'enregistrement/export (lien par clic droit). Il est possible :

    • enregistrement pour l'enregistrement du fichier de la figure ;

    • svg pour l'export en svg.

L'ancre (ou l'ancre barrée) apparaît désormais aussi dans les outils contextuels d'un point.

Il s'agit d'une généralisation de l'ancrage des expressions : l'ancrage signifie ici l'attachement du point à un objet*, et sa négation signifie que c'est un point libre.

On peut donc :

  • libérer un "point sur" ou un point d'intersection en validant l'option ancre barrée;
  • redéfinir un point libre en tant que sur objet ou sur une intersection en utilisant l'outil ancre (ce qui valide l'option);
  • redéfinir un point libre en le transférant sur un autre point (cas particulier du cas précédent où le point est attaché à un objet qui est un point).

NB : cette fonctionnalité est en en phase de réglage.

* On ne commentera pas la dimension psychologique de cette définition.

Quand on prend les outils contextuels d'une expression il y a maintenant une ancre :

  1. En glissant cette ancre vers un point, on ancre l'expression à ce point (avec fil à la patte).
  2. L'expression peut tout de même être déplacé librement, cela fixe le vecteur de translation entre le point d'ancrage et l'expression.
  3. Rien n'empêche de créer un point d'ancrage à la volée (libre ou semi-libre).
  4. Quand on clique une expression ancrée, c'est une ancre barrée qui apparaît :

C'est une bascule qui libère le point.

Cette nouvelle fonctionnalité a un lien avec la fonctionnalité précédemment implémentée : une façon de verrouiller la position relative d'une expression par rapport à son point d'ancrage, c'est de demander "objet inerte" dans les propriétés des expressions ancrées.
Cela vaut aussi pour les curseurs : à ce moment-là, seul le point-curseur peut être déplacé.

Exemple (auteur : Yves Martin)

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Paraboles_CuseursAncres.txt)Paraboles_CuseursAncres.txt[ ]2 Ko

Ce Curvica triangulaire est implémenté en utilisant le magnétisme sur une grille oblique (cette grille étant une liste de points).
Très jolie méthode.

On remarquera que dans le conflit qui l'oppose à la contrainte "être sur un cercle de centre 1", c'est le magnétisme qui s'impose.
Cela induit un petit comportement erratique.

(Auteur : Monique Gironce)

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (CurvicaTriangulaire.txt)CurvicaTriangulaire.txt[ ]17 Ko

Pour les listes de points, on peut maintenant régler une opacité pour remplir la ligne polygonale.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Mandelbrot.txt)Mandelbrot.txt[ ]0.9 Ko

Késako, le "mode 0" ?

Jusqu'à maintenant, le mode standard (flèche gauche activée) était un mode actif :
en manipulant une figure, on pouvait malencontreusement créer des points parasites.

Désormais, le mode initial, c'est le mode 0 (aucune icône activé) :
dans ce mode on peut uniquement "consulter" la figure sans créer de nouvel objet (mais on peut déplacer les objets existant).

C'est seulement en cliquant sur cette icône (= interrupteur) que l'on peut passer dans le mode standard.
C'est nettement plus agréable pour consulter les figures et celles exportées dans cette perspective s'en trouvent notablement améliorées.

Remarque : Recliquer sur un outil déjà sélectionné provoque aussi le passage en mode 0.

Un nouveau venu apparaît dans la barre de propriétés des objets : la propriété "objet inerte".

Cela ne signifie pas que l'objet a acquis de l'inertie (ou alors en quantité infinie!) mais qu'il a perdu la possibilité de bouger : il ne réagira plus au survol de la souris (ou du doigt posé).

 Un objet inerte ne "répondra" (mouse over) que lorsque le panneau de propriété est ouvert (ce qui permet de ne pas le perdre définitivement...).

Dans la figure ci-dessous ("rapporteur muet", auteur: Monique Gironce), tout est inerte, sauf quatre points bien choisis.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (rapporteur.txt)rapporteur.txt[ ]6 Ko